Commentaire d'évangile

Évangile selon St Matthieu
Mt 6, 1-6 ; 16-18

Temps Ordinaire
Mercredi 17 juin 2020
Année paire

mp3 écouter ce commentaire en audio mp3



       Nous venons d’entendre un texte bien connu, ce passage de Mathieu qui est lu chaque année à la messe du mercredi des Cendres.
Voilà un passage d'évangile dont la construction est remarquable et dont je nous invite à admirer la beauté : il est construit comme une chanson ! Une courte introduction, un refrain, trois couplets d'égale longueur qui traitent chacun d'un thème précis, et rythmés par une phrase centrale qui se répète à chaque couplet. Il ne manque que la musique !
Cette construction est en fait un outil pédagogique mnémotechnique : Rappelons-nous dans notre enfance, la psalmodie des tables de multiplications, pour mieux les retenir, ou les rimes utilisées pour bien mémoriser le théorème de Pythagore :
    « le carré de l'hypoténuse
    est égal, si je ne m'abuse,
    à la somme des carrés
    des deux autres côtés. »
C'était vraiment efficace, je m'en souviens encore !
Alors, si Jésus aussi utilise ces techniques, c'est pour que son auditoire retienne bien ce qu'il dit. C'est donc que, pour lui, c'est très important !
Il rappelle d'abord les trois comportements à tenir « pour devenir des justes », c'est-à-dire pour faire la volonté de Dieu : l'aumône, la prière, le jeûne. Ce sont les trois thèmes des trois couplets. Pour les contemporains de Jésus, c'est quelque chose de connu et sur lequel tout le monde est d'accord. Ce sont les choses qu'il faut faire. Mais là où Jésus veut attirer notre attention, là où il nous enseigne une nouveauté, c'est sur la manière de les faire.
La première partie de chaque couplet raconte, avec un humour presque moqueur, la manière dont certains s'acquittent de ces choses à faire. On imagine Jésus faire des grands gestes pour amplifier le côté grotesque de ces personnages. Cette description se termine, en plein milieu du couplet, à chaque fois par cette sentence : « Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. » Et puis le couplet bascule :
« Mais toi, quand tu fais l'aumône, quand tu pries, quand tu jeûnes… » Attention, Jésus nous donne maintenant un conseil ! Et un conseil personnalisé : « toi, quand tu pries… » Il passe du « vous » au « tu », du général à l'intime, de l'humour au sérieux, pour signifier que ce qui suit est précieux, capital, et nous concerne personnellement. On l'entend presque, à présent, chuchoter à notre oreille : « toi, quand tu jeûnes… »
Et enfin, il termine chaque couplet par le même refrain, qui révèle l'effet de ces conseils sur le Père : Le don d'une récompense ! « Ton Père qui voit dans le secret te le rendra ».
Alors, si nous suivons ces conseils de Jésus, si nous agissons dans le secret de notre cœur, et non de manière ostentatoire, nous savons que notre plus belle récompense est de savoir que faisons la joie de notre Père qui voit dans le secret. Nous sommes capables de faire la joie de Dieu ! Ne nous en privons pas !


        Daniel BICHET, diacre permanent.


        Commentaire diffusé sur Radio Fidélité, radio chrétienne de Nantes.



retour vers l'accueil

retour vers l'index des commentaires